NIKI DEMILLER

Niki Demiller est un type charmant. Avenant, souriant, il dégage une sympathie immédiate. Son deuxième EP, «L’aventure», qui annonce un album à venir en fin d’année, a pour toile de fond le monde du travail. Une épopée en 4 titres sur la Défense et le blues du businessman, avec juste ce qu’il faut de dérision pour en faire un objet pop. Sa musique se rêve en bande originale d’un film de Bertrand Blier et tend à la fusion entre timbres classiques et synthétiseurs analogiques.
Né artistiquement sous les auspices conjuguées de Yann Gonzalez, Virginie Despentes et Philippe Manœuvre, c’est avec son groupe les Brats qu’il enflamme les salles rocks de France et de Navarre, ouvrant même avec sa gouaille teenage les concerts d’Iggy Pop et des Buzzcocks. Après cette folle épopée, il s’éloigne longuement du milieu de la musique pour rejoindre le monde du travail, enchaine les rendez-vous de VRP et les déjeuners self-services, matière première et inédite de ces nouvelles chansons à la croisée des Sparks et de Bertrand Burgalat.